Des mots dans les silences

by [idwan]

/
  • Streaming + Download

    Purchasable with gift card

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    CD digipack 6 titres.

    Includes unlimited streaming of Des mots dans les silences via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days

      €4 EUR

     

1.
04:52
2.
3.
4.
03:40
5.
05:33
6.
02:58

credits

released January 6, 2011

license

all rights reserved

tags

about

[idwan] Bordeaux, France

contact / help

Contact [idwan]

Streaming and
Download help

Track Name: n'en parlons plus (la trêve)
J’ai vendu mon âme au diable en chinant
Sous les jupons de la folie
J’ai manqué d’effleurer du bout des doigts
L’antre de la mélancolie

Les sentinelles ont déclenché la grève
Pour une trêve j’ai négligé tes rêves
N’en parlons plus, pas un n’a su le faire

Laissons les couver là
Sous les grondements du réflexe et des gestes
Et tous ces nœuds qui se tressent et nos prières
Pour nous camisoler sans lâcher de leste

Les idées folles nous ont tourné le dos
Pour un épilogue à ressort
J’ai pourtant effeuillé à fleur de peau
L’encre des chants de Maldoror

Les convulsions doucereuses prolifèrent
Pour une trêve j’ai révoqué ta chair
N’en parlons plus, pas un n’a pu le faire

Laissons les couver là
Sous les grondements du réflexe et des gestes
Et tous ces nœuds qui se tressent et nos prières
Pour nous camisoler sans lâcher de leste
Track Name: l'ère de rien
Je cherche à comprendre une époque de peu
De connivences entendues à crever les tympans
Pourquoi l’oppression soutenue de mille corps sans yeux
Ni pleur s’évertue à me voir dans ses rangs

Dans ce bordel, je cherche à entendre
Dans ce bordel, je vis
L’ère de rien

Armés d’obstination, les pelotons s’exécutent
Sous le joug métronome des cadrans de leurs montres
Des kyrielles de pantins se délitent en tumulte
Un ballet de gorgones plus pesant que la fonte

Je cherche à comprendre, j’avoue
L’ère de rien
Je cherche à entendre, je cherche à comprendre
J’acquiesce
L’ère de rien

Selon qu’on légifère, deux trois fous tonitruent
Des bravades syndicales au bouquet loqueteux
C’est alors qu’on ressort la pantomime des rues
Ça s’exhale prudemment, sauf bien sûr si il pleut

Dans leur bordel, je cherche à entendre
Dans leur bordel, je vis
L’ère de rien

Sous les pains assénés de la masse urticante
La claustration apparaît comme sûre talanquère
Toujours un peu loin du cloaque, je me demande
L’aversion du pluriel est-elle si singulière ?

Je cherche à comprendre, j’avoue
L’ère de rien
Je cherche à entendre, je cherche à comprendre
J’acquiesce
L’ère de rien
Track Name: espérons
Je n’ai jamais su tout foutre en l’air
Briser les os de l’infortune
Attendre autre chose que rien
D’autre on s’adapte ou on s’efface
Emprunts d’un optimisme creux
Les camarades se divertissent
À la mangeoire du cathodique
On fait pousser l’ivraie du peuple

Je n’ai jamais vu merde pareille
Fille de la confusion des genres
Ça n’en finit pas de prier
Les dieux et les maîtres sacrés
Dans les chapelles à ciel ouvert
Incantent les prédicateurs
Sous la menace d’un extrême
On choie la limousine du peuple

Mais ne faisons pas d’histoire
Non, ne faisons pas l’Histoire
Espérons sans y croire

Les labradors se syndiquent
Contre un capitalisme aveugle
On fait gagner des chrysanthèmes
Pour la prochaine fête des morts
La solitude et la colère
Ont fondé leur fédération
Si tu cotises t’as un tee-shirt
Ya même d’écrit « marre d’être seul »

Le prix d’un paquet de cynisme
S’enflamme à mesure qu’on le fume
Cloper ou fourrer ton bulletin
Idem, on t’isole pour sévices
Si le chagrin me lâche la main
Je prends le catalogue de la déroute
À la page six cent soixante six
Je sais qu’ils vendent de quoi s’en faire

Mais ne faisons pas d’histoire
Non, ne faisons pas l’Histoire
Espérons sans y croire
Track Name: je pars
J’ai vu des yeux derrière les yeux
Perçu des mots dans les silences
Confié des secrets à un mur
Agenouillé sans élégance
Demain je pars, confiant
Me demande pas la direction
J’irai jusqu’où on peut aller
Avec ou sans bottes à mille lieux
Un peu guidé par les embuches
Comme ça, sans cible sans but
J’aurai l’étoffe marginale
Sans avoir à chercher pourquoi

Demain je pars,
Mieux vaut ne pas m’en remercier
Demain je pars
Écoute, les oiseaux se mettent à chanter

J’aurais dû bâtir un empire
M’autoproclamer roi des rois
Comme on faisait quand à huit ans
On traînaillait dans les jupons
De nos mères fatiguées, lasses
D’avoir sans cesse misé sur nous
Pour en échange des bourricots
Qui pipent rien à leurs destins
Alors je pars, méfiant,
Sans croiser le regard des gens,
C’est bien ça qu’il faut retenir
Si tu veux pas finir taré,
Enfin je crois
Mieux vaut ne pas m’en dissuader
C’est ça, je pars
Tu vois, la terre s’est remise à tourner

If you like [idwan], you may also like: